homeFrenchGermanItalian
Recherche 
Ukraine - le sous-financement de l'audiovisuel public menace un acquis démocratique crucial
September 21st, 2017

Ce vendredi 22 septembre, le Premier ministre ukrainien doit présenter au parlement le budget prévisionnel de l’Etat pour l’année 2018. Celui-ci prévoit une division par deux du financement de l'audiovisuel public. De concert avec la société civile ukrainienne, Reporters sans frontières (RSF) dénonce une décision illégale qui remet en cause l'un des principaux acquis démocratiques de ces dernières années en Ukraine : un audiovisuel public indépendant et professionnel.

Le gouvernement se targue de respecter les objectifs de déficit fixés par le FMI, mais son projet de budget 2018 met sérieusement en danger l'audiovisuel public ukrainien. Alors que la nouvelle dotation de la compagnie nationale audiovisuelle d’Ukraine (UA:PBC) devait initialement se monter à plus de 1,5 milliards de hryvnias (environ 47,5 millions d’euros), le gouvernement prévoit désormais de la réduire à 776 millions (près de 25 millions d’euros). En 2017, l'audiovisuel public n’avait déjà reçu que les trois quarts du budget qui devait lui être alloué, même si ces coupes sont contraires à la loi ukrainienne, qui prévoit que l’UA:PBC soit financée à hauteur de 0,2% du budget de l’Etat de l’année précédente.


A peine est-il établi que l'audiovisuel public indépendant est sapé par les coupes budgétaires, déplore Johann Bihr, responsable du Bureau Europe de l’Est et Asie centrale. Son existence est pourtant essentielle à l’État de droit et au débat démocratique, d'autant plus à l'approche des échéances électorales de 2019. Nous demandons au gouvernement de remplir ses obligations et d’assurer le financement de l'audiovisuel public en accord avec la loi ukrainienne.”


Officiellement enregistrée en janvier 2017, la compagnie nationale audiovisuelle d’Ukraine est le fruit d’une réforme de l’ancienne radio-télévision d’État attendue de longue date. Après avoir rencontré d’importants obstacles à sa mise en place, la compagnie nationale dispose désormais d'un conseil de supervision indépendant et diffuse sept émissions d'investigation. L’État reste sa principale source de financement.


La réforme de l'audiovisuel public est l'une des avancées essentielles enregistrées en Ukraine depuis la révolution de 2014, aux côtés d’une loi sur la transparence de la propriété des médias. Des progrès d'autant plus importants que le paysage médiatique reste marqué par l’omnipotence des oligarques, qui utilisent leurs chaînes de télévision pour promouvoir leurs intérêts économiques et politiques.

 

L’Ukraine occupe la 102e place au Classement mondial de la liberté de la presse.

 

top