homeFrenchGermanItalian
Recherche 
Raymond Depardon – 100 photos des Jeux Olympiques pour la liberté de la presse
December 7th, 2017

Reporters sans frontières (RSF) est fière de présenter son nouvel album pour la liberté de la presse consacré au célèbre photographe français Raymond Depardon et à son travail au sein de l'agence Magnum Photos pour les Jeux Olympiques.
Le photographe

Raymond Depardon est un photographe qu’on ne présente plus. Son travail exigeant est immensément populaire et sa carrière présente mille facettes : salué pour ses photoreportages dans des pays africains,  il a réalisé de nombreux documentaires (dont les fameux Une partie de campagne, qui relate la campagne présidentielle de Valéry Giscard d’Estaing, et Profils paysans, série sur la condition agricole contemporaine). Mais il est également célèbre pour ses portraits de personnalités, et c’est d’ailleurs à lui que François Hollande a commandé son portrait officiel de président de la République.
Auteur de nombreux ouvrages publiés notamment aux éditions du Seuil, il fédère un grand nombre de lecteurs  et d’admirateurs.

Magnum Photos

Magnum Photos est l’une des agences photo les plus prestigieuses du monde. Fondée en 1947 à Paris par Henri Cartier Bresson, Robert Capa, David Seymour et George Rodger, ses valeurs n’ont pas changé depuis soixante-dix ans : excellence sans compromis, vérité, respect et indépendance. Les photographes de Magnum Photos sont considérés par beaucoup comme les meilleurs au monde.

Depardon et les JO

« Tout jeune reporter-photographe,  je suis envoyé à Tokyo en 1964.  Le Japon accueille les premiers Jeux olympiques modernes. La télévision découvre le sport. Ces images, bien qu’elles soient encore en noir et blanc,  font des athlètes des stars authentiques  et solitaires. Aux Jeux de Mexico, en 1968, les champions noirs se dressent contre la ségrégation, poings levés. Ils ont défié les dieux, en longueur, en hauteur, en vitesse. Jamais l’homme n’a été plus près des étoiles. Vient l’époque où sport et politique s’entremêlent, avec le drame de Munich en 1972 et sa meurtrière prise d’otages. Pourtant les Jeux continuent.  Les Africains courent encore plus vite et les femmes sautent de plus en plus haut : c’est la révélation des minorités et le triomphe du sport pour les citoyens du monde. En 1976, à Montréal, une petite Roumaine fait trembler de joie des millions de spectateurs. C’est la mondialisation des émotions et le signe précurseur de la chute des murs : les Jeux sont en avance. À Moscou, en 1980, malgré les impressionnantes pyramides humaines  de la cérémonie d’ouverture, tout le monde est reparti trop vite. La télévision est en couleurs...  Mais les images fixes, en noir et blanc, sont toujours là pour nous émouvoir, nous faire sourire et rêver. »
top