Wer sind wir ?

Reporter ohne Grenzen stellt sich vor

Warten Sie nicht, bis man Ihnen das Recht auf freie Information nimmt. Verteidigen Sie es jetzt!
In vielen Ländern müssen Journalistinnen und Journalisten für ein veröffentlichtes Wort oder Bild mit jahrelangen Haftstrafen rechnen. Werden sie inhaftiert oder gar getötet, fehlen uns nicht nur wichtige Zeugen – auch unser aller Recht auf Information ist dadurch bedroht. Die internationale Menschenrechtsorganisation Reporter ohne Grenzen (ROG) kämpft seit ihrer Gründung im Jahre 1985 für die Pressefreiheit.

Die Schweizer Sektion besteht seit 1990 und wendet sich an alle, denen die freie Meinungsäusserung ein Anliegen ist.

Was tun wir? – Recherchieren, anklagen, unterstützen

Reporter ohne Grenzen (ROG)

verteidigt Journalisten und Medienmitarbeiter, die wegen ihrer beruflichen Tätigkeit inhaftiert oder verfolgt werden und klagt Misshandlungen und Folter – in vielen Ländern noch eine Realität – im Namen der Opfer an,
kämpft gegen Zensur und restriktive Pressegesetze,
unterstützt jedes Jahr mit rund hundert Stipendien Journalistinnen und Journalisten oder Medien und deren Angehörige finanziell (ROG übernimmt Anwalts- und Materialkosten, zahlt medizinische Versorgung etc.),
setzt sich ein für mehr Sicherheit und besseren Schutz von Journalisten – vor allem in Krisengebieten.
Bevor wir handeln, dokumentieren wir die Einschränkungen der Pressefreiheit weltweit. Dabei gehen wir nach Regionen vor (Afrika, Amerika, Asien/Pazifik, Europa/GUS-Staaten, Maghreb/Naher Osten) oder nach Themen (Internet). Informationen werden zunächst geprüft; dann schreiben wir Protestbriefe an die zuständigen Behörden und senden unsere Meldungen an die Medien. So üben wir Druck auf Regierungen aus, die die Pressefreiheit nicht achten und mobilisieren für verfolgte Journalistinnen und Journalisten.

Manchmal reicht es jedoch nicht, nur Informationen zu sammeln. Dann schicken wir Delegationen an die Brennpunkte vor Ort, um mehr über die journalistischen Arbeitsbedingungen und die Schicksale inhaftierter oder ermordeter Journalistinnen und Journalisten zu erfahren. Auf diese Weise können wir die Lage der Pressefreiheit besser einschätzen und mit lokalen Behörden und Regierungsvertretern direkt Kontakt aufnehmen.

Zusammen mit grossen Kommunikationsagenturen starten wir Kampagnen und informieren die Öffentlichkeit über die Lage der Pressefreiheit weltweit. Staaten, die dieses Grundrecht missachten, riskieren ihren Ruf bei internationalen Institutionen, Organisationen und Regierungen.

Reporter ohne Grenzen finanziert sich durch den Verkauf von Bildbänden und Kalendern, aus Auktionserlösen, mit Spenden und Mitgliederbeiträgen, durch Sponsoring, Fundraising und öffentliche Zuwendungen sowie durch Gelder der Privatwirtschaft.

Wir sind eine internationale Menschenrechtsorganisation

Durch ein Netzwerk aus über 120 Korrespondenten, fünf Büros und diversen nationalen Sektionen sind wir rund um den Globus vertreten. Unsere Büros sind in New York und Washington. Nationale Sektionen arbeiten in Belgien, Deutschland, Frankreich, Italien, Kanada, Österreich, Schweden, in der Schweiz und in Spanien. Zudem kooperieren wir eng mit lokalen oder regionalen Verbänden, die ebenfalls die Pressefreiheit verteidigen und dem “Reporter ohne Grenzen-Netzwerk” angehören (in Afghanistan, Bangladesch, Birma, der Demokratischen Republik Kongo, Eritrea, Kasachstan, Kolumbien, Pakistan, Peru, Rumänien, Russland, Somalia, Tunesien, den USA und in Weissrussland).

Reporter ohne Grenzen ist als Nichtregierungsorganisation international anerkannt und besitzt Beraterstatus bei den Vereinten Nationen.

Weitere Informationen zu einzelnen Sektionen und Büros finden Sie unter “Sections RSF “.

Events für die Pressefreiheit

Neben den täglichen Pressemitteilungen, den periodisch erscheinenden Länder- und Untersuchungsberichten sowie anderen Veröffentlichungen, initiiert Reporter ohne Grenzen jährlich Events für die Pressefreiheit.

Jährliche Bilanz der Pressefreiheit weltweit
Im Januar veröffentlichen wir einen Jahresrückblick. Er dokumentiert die Anzahl inhaftierter, bedrohter, attackierter oder getöteter Journalistinnen und Journalisten sowie die Fälle zensierter Medien weltweit.
Internationaler Tag der Pressefreiheit
Am 3. Mai, dem internationalen Tag der Pressefreiheit, präsentieren wir die Liste der “Feinde der Pressefreiheit” sowie den neuen Band der Reihe “Fotos für die Pressefreiheit”. Mit diesem Erlös finanzieren wir unsere Menschenrechtsarbeit.
Rangliste zur Situation der Pressefreiheit weltweit
Im Oktober erscheint unser jährliches Ranking zur Situation der Medienfreiheit weltweit. Dafür bewerten wir die Lage in über 160 Ländern.
Tag für Journalisten hinter Gittern
Seit 1989 initiiert Reporter ohne Grenzen Patenschaften von Redaktionen für inhaftierte Journalistinnen und Journalisten. Alle Medien sind an diesemTag im November aufgefordert, mit Berichten auf die Schicksale der Inhaftierten aufmerksam zu machen, damit sie nicht in Vergessenheit geraten. Gleichzeitig erscheint ein zweiter Bildband, dessen Erlös Journalistinnen und Journalisten hinter Gittern zugute kommt.
Menschenrechtspreis von Reporter ohne Grenzen – Fondation de France
Mit dem Menschenrechtspreis zeichnen wir jeweils im Dezember Menschen und Medien aus, die einen besonderen Einsatz für die Pressefreiheit geleistet haben: Eine Journalistin oder einen Journalisten, die im Rahmen ihrer journalistischen Tätigkeit und durch ihre Einstellung oder vorbildliche Haltung ihr Engagement für die Pressefreiheit bewiesen haben. Ein Medium, das für das Recht auf freie Meinungsäusserung und das Recht auf Information steht. Eine Person, die sich durch die Verteidigung der Pressefreiheit speziell verdient gemacht hat sowie einen Internetdissidenten, der sich im Kampf um die freie Meinungsäusserung im Internet hervorgetan hat.

Agenda 2018

Geschäftsstelle RSF Schweiz

Denis MASMEJAN ist seit Anfang 2019 Generalsekretär der Schweizer Sektion von ROG. Er hat langjährige Erfahrung als Journalist, bei Le Temps und zuvor bei Le Nouveau Quotidien, ist Mitglied des Schweizerischen Presserats sowie Dozent für Recht und Medienethik an der Hochschule für Wirtschaft und Ingenieurwissenschaften des Kantons Waadt.

Bettina BÜSSER, freie Journalistin, ist Koordinatorin Deutschschweiz von ROG Schweiz.

Vorstand RSF Schweiz

Präsident:

Bertil COTTIER, Em. Prof. Dr. iur. für Medienrecht (Uni Lugano, Lausanne und Neuenburg), Mitglied der Eidgenössischen Medienkomission (EMEK)

Marc ALLGÖWER, Journalist, Leiter Ressort International Le Temps

Camille ANDRES, freie Journalistin

Christiane DUBOIS (Kassier): frühere Direktorin RSF Schweiz

Zeynep ERSAN BERDOZ, Journalistin, Direktorin für Strategie & Entwicklung, Le Temps SA.

Stéphane KOCH, Internet Strategy Advisor

Andrea KUCERA, Journalistin, NZZ am Sonntag

Philippe MOTTAZ, Journalist

Gaëtan VANNAY,  Journalist, COO Securaxis

 

Les statuts de RSF Suisse

Article 1er – Nom

 Sous le nom de « Reporters sans frontières Suisse (RSF Suisse) », il est fondé une association au sens des articles 60 et suivants du Code civil.

RSF Suisse est la section suisse de Reporters sans frontières (RSF) dont le siège social est à Paris. L’association assume les droits et les obligations qui en découlent.

 Article 2 – Siège

 Le siège de l’association est à l’adresse de son bureau.

Article 3 – Buts

  1. Conformément à la vision, à la mission et aux valeurs que s’est donné l’ensemble de l’organisation, RSF Suisse aspire à ce que tous les êtres humains bénéficient d’informations leur permettant de connaître, comprendre et se forger une opinion sur les enjeux du monde et de leur environnement. Elle promeut la liberté, le pluralisme et l’indépendance du journalisme, notamment par la défense de ceux qui incarnent ces idéaux. Elle inscrit son action dans l’esprit de l’article 19 de la Déclaration universelle des droits de l’Homme, du pacte international relatif aux droits civils et politiques, et des grandes déclarations et chartes relatives à l’éthique journalistique, notamment la charte de Munich et la Déclaration des devoirs et des droits des journalistes suisses.
  1. En tant que section nationale, RSF Suisse développe ses propres activités et contribue, ce faisant, au rayonnement et à la diffusion des valeurs et des actions de RSF. Pour atteindre ses buts, l’association recourra aux moyens qui lui paraîtront les plus appropriés. Elle peut notamment intervenir auprès des autorités ou de toute entité impliquée en Suisse, dénoncer publiquement des violations de la liberté d’informer, fournir de l’aide aux professionnels de l’information victimes d’atteintes à cette liberté ou diffuser par tout canal des analyses, des rapports, des contributions et des prises de position susceptibles de promouvoir ses objectifs.

Article 4 – Membres 

  1. Peut devenir membre de l’association toute personne physique résidant ou ayant un lien particulier avec la Suisse, ou toute personne morale ayant son siège en Suisse. Il lui suffit d’en faire la demande en s’engageant à respecter les présents statuts.
  2. Le secrétariat général se prononce sur les demandes en vérifiant si les conditions énoncées au chiffre 1 sont remplies. Lorsque les intérêts supérieurs de l’association sont en jeu, le comité peut refuser une candidature. Sa décision n’a pas à être motivée ; elle est sans appel.
  3. La qualité de membre est liée au paiement d’une cotisation. Celle-ci est due par année civile.
  4. A titre exceptionnel et pour des motifs légitimes, le comité peut exonérer certains membres de toute cotisation.

Article 5 – Sortie de l’association 

  1. La qualité de membre se perd :

par la démission, qui peut être donnée en tout temps ;

par l’exclusion pour un des motifs et selon la procédure du chiffre 2 ci-après;

par la radiation, en cas de non-paiement et malgré deux rappels, d’une contribution obligatoire;

  1. L’exclusion peut être décidée par l’assemblée générale, sur proposition du comité, pour l’un des motifs suivants :

violation grave ou répétée d’une disposition statutaire ou d’une décision de l’assemblée générale;

comportement contraire aux buts de l’association ou de nature à lui porter gravement préjudice.

la proposition d’exclusion doit obligatoirement figurer à l’ordre du jour de l’assemblée, qui statue à la majorité des deux-tiers des membres présents. 

Article 6 – Organes de l’association

Les organes de l’association sont :

L’assemblée générale ;

Le comité ;

Le secrétariat général ;

L’organe de contrôle. 

Article 7 – Assemblée générale 

  1. L’assemblée générale est l’organe suprême de l’association. Elle se réunit au moins une fois par an, à la convocation du comité. Celui-ci convoque en outre les assemblées extraordinaires qu’il juge utiles à la bonne marche de l’association. Il en est de même si un cinquième au moins des membres lui en fait la demande par écrit, avec indication de l’objet à traiter. Toute assemblée générale doit être convoquée par écrit et vingt jours à l’avance, au moins.
  2. Seuls les membres ou leurs représentants s’il s’agit de personnes morales ont le droit de vote.
  3. Aucun quorum n’est requis. Les membres du comité ont le droit de vote, sauf en matière d’approbation de la gestion. Cependant, la présidente ou le président ne se prononce qu’en cas d’égalité des voix. Sauf disposition contraire des présents statuts, l’assemblée générale se prononce à la majorité simple des membres présents.

Article 8 – Compétences de l’assemblée générale 

Les compétences de l’assemblée sont, outre celles que lui confèrent la loi ou d’autres articles des présents statuts :

l’adoption et la modification ultérieures des statuts ;

l’élection de la présidente ou du président ;

l’élection des autres membres du comité ;

la désignation de l’organe de contrôle;

l’adoption des comptes et du bilan annuels ;

la décharge au comité pour sa gestion de l’exercice écoulé ;

la fixation de la cotisation annuelle et d’éventuelles autres contributions obligatoires. 

Article 9 – Comité 

  1. Le comité est l’organe exécutif de l’association ; il veille au respect des statuts et met en œuvre les décisions de l’assemblée générale. Il représente l’association vis-à-vis des tiers.
  2. Il se compose d’une présidente ou d’un président et de huit à douze autres membres, dont la majorité doit être composée de professionnels de l’information travaillant en Suisse ou pour un média suisse. Les membres ne doivent avoir aucun conflit d’intérêt avec les missions de RSF Suisse. Le comité s’organise lui-même, en désignant une vice-présidente ou un vice-président ainsi qu’une trésorière ou un trésorier.
  3. Les membres du comité et la présidente ou le président exercent leur fonction à titre exclusivement bénévole. Ils ont néanmoins droit au remboursement des frais engagés pour le compte de l’association, dans les limites fixées par le comité.
  4. Le comité est élu pour deux ans. L’élection se fait au scrutin de liste. Pour être valablement soumise au vote de l’assemblée générale, une liste doit comprendre le nombre de candidats minimum et répondre à toutes les autres conditions fixées par le chiffre 2 du présent article. La majorité absolue est requise au premier tour. En cas de second tour, la majorité relative suffit. L’élection a lieu au bulletin secret. Toutefois, lorsqu’une seule liste est soumise au suffrage, l’élection peut se faire à main levée.
  5. La présidente ou le président est élu ensuite, parmi les membres du comité. Les règles précitées sont applicables par analogie à cette élection.
  6. En cas de vacance au comité, celui-ci peut, s’il le juge nécessaire, nommer une ou un nouveau membre. Son élection, pour le reste de la période en cours, doit être ratifiée lors de la plus proche assemblée générale. Si la vacance porte sur la présidence de l’association, une assemblée extraordinaire doit être convoquée dans les plus brefs délais.
  7. Lorsqu’une ou un membre ne réunit plus les conditions fixées au chiffre 2 du présent article, il ne lui est plus possible de siéger ni d’exercer son droit de vote au sein du comité.
  8. La présidente ou le président ainsi que les membres du comité sont rééligibles. En règle générale, aucun ne peut exercer plus de six mandats.

Article 9bis – Secrétariat général

  1. La secrétaire générale ou le secrétaire général assume la direction opérationnelle de l’association. Il est nommé par le comité.
  2. Dans les limites du budget et d’entente avec la présidente ou le président, il peut nommer des collaboratrices ou des collaborateurs.

Article 10 – Organe de contrôle

Les comptes et le bilan annuels de l’association sont vérifiés par un organe de contrôle externe disposant des compétences nécessaires. Sa désignation doit être ratifiée par l’assemblée générale.

Article 11 – Organisation

Avec l’accord du comité, des membres peuvent s’organiser en groupes régionaux ou encore en groupes de travail chargés d’une tâche spécifique.

Article 12 – Rapports avec les tiers et ressources

  1. L’association répond de ses engagements sur ses seuls biens.
  2. L’association est engagée par la signature collective à deux des membres du comité, dont la présidente ou le président ainsi que la trésorière ou le trésorier.
  3. Les ressources de l’association sont notamment les cotisations des membres, les dons, legs et autres apports analogues, le financement de projets et la vente de prestations, sous réserve des dispositions de l’article 14.2 des statuts internationaux, ainsi que le produit de la fortune.

Article 13 – Modification des statuts

  1. Les présents statuts peuvent être modifiés en tout temps par l’assemblée générale, dans le respect des statuts internationaux de RSF, soit à l’initiative du comité, soit sur proposition écrite d’une ou d’un membre, appuyé par deux autres. Une telle proposition doit parvenir au comité un mois au plus tard avant l’assemblée qui doit en discuter. Les modifications proposées doivent être portées à la connaissance des membres de l’association en même temps qu’ils sont convoqués à l’assemblée générale.
  2. La majorité des deux tiers des membres présents est requise.

Article 14 – Dissolution 

  1. Si l’association n’est plus en mesure d’atteindre ses buts statutaires ni de s’en assigner de nouveaux, conçus dans le même esprit, elle doit être dissoute. L’initiative de la dissolution appartient au comité ou, à défaut, au cinquième des membres actifs qui doivent en faire la proposition écrite.
  1. Une assemblée extraordinaire est convoquée dans les délais statutaires, avec ce seul point à l’ordre du jour. Celui-ci indique que la majorité absolue des membres actifs devra être présente, à défaut de quoi une nouvelle assemblée sera automatiquement tenue dans les 30 jours, sans exigence de quorum cette fois.
  2. La dissolution requiert la majorité des deux tiers des membres présents.
  3. La liquidation est opérée par le comité désigné à cet effet par l’assemblée extraordinaire. L’actif disponible sera entièrement attribué à une institution d’intérêt public poursuivant un but analogue à celui de l’association et bénéficiant de l’exonération de l’impôt. En aucun cas, les biens ne pourront retourner aux fondateurs physiques ou aux membres, ni être utilisés à leur profit en tout ou partie et de quelque manière que ce soit.

Article 15 – Entrée en vigueur

Les présents statuts entrent en vigueur dès leur adoption par l’assemblée générale du 2 mars 1996. Ils remplacent ceux votés par l’assemblée générale constitutive du 19 mai 1990 à Berne.

La modification de l’art. 2 approuvée par l’assemblée générale du 10 novembre 2000 entre en vigueur dès son adoption.

La modification des art. 4, 5, 7 et 9 approuvée par l’assemblée générale du 8 juin 2006 entre en vigueur dès son adoption.

La modification de l’art. 14 approuvée par l’assemblée générale du 7 juin 2007 entre en vigueur dès son adoption.

La modification des art. 1 et 3 à 15 approuvée par l’assemblée générale du 16 juin 2021 entre en vigueur dès son adoption.

Genève, le 16 juin 2021

Signé: le président, Bertil Cottier, le secrétaire général, Denis Masmejan

 

Generalversammlung

Die Generalversammlung von RSF Schweiz findet am Mittwoch, 16. Juni 2021 ab 17.30 Uhr als Videokonferenz statt.

Dokumente zum Herunterladen:

Protokoll der Generalversammlung 2020 (in Französisch)

Jahresbericht RSF Schweiz 2020

Revisionsbericht RSF Schweiz 2020 (in Französisch)

Änderung der Statuten (in Französisch)

 

 

Prominente Unterstützung für Reporters ohne Grenzen Schweiz

Bekannte Persönlichkeiten aus der ganzen Schweiz unterstützen als Mitglieder des Patronatskomitees die Anliegen von Reporter ohne Grenzen (ROG) Schweiz

Bernard Bertossa, ehemaliger Generalstaatsanwalt des Kantons Genf

Roger de Weck, Generaldirektor SRG SSR

Ruth Dreifuss, ehemalige Bundespräsidentin

Dick Marty, ehemaliger Ständerat und Europarat, früherer Staatsanwalt des Kantons Tessin

François Nordmann, Diplomat und ehemaliger Schweizer Botschafter

Thérèse Obrecht Hodler, freie Journalistin und frühere Präsidentin von ROG Schweiz

Michael Ringier, Verleger und Verwaltungsratspräsident Ringier AG

Pipilotti Rist, Video- und Multimediakünstlerin

Peter von Matt, emeritierter Professor für Neuere Deutsche Literatur an der Universität Zürich

Gérald Sapey, früherer Präsident von Reporters sans frontières (RSF) international

Sie alle stehen mit ihrem ROG-Engagement für Informations- und Meinungsfreiheit ein. Und sie unterstützen den weltweiten Einsatz von ROG für Medienschaffende, Blogger und Cyberdissidenten, die wegen ihrer beruflichen Tätigkeit oder der Verbreitung von unabhängiger Information verfolgt, bedroht oder gar getötet werden – von Regimes, Politikern, extremistischen oder kriminellen Organisationen.