Gabon : la HAC suspend une chaîne ayant refusé de lui ouvrir ses portes

Gabon : la HAC suspend une chaîne ayant refusé de lui ouvrir ses portes

Actualités

Reporters sans frontières (RSF) dénonce une sanction disproportionnée et demande la réouverture de Media+, une chaîne de télévision locale gabonaise, suspendue pour avoir refusé de recevoir une délégation de la Haute autorité de la communication (HAC).

Media+, l’une des chaînes les plus populaires de Port-Gentil, la capitale économique du Gabon, a dû couper son signal il y a une semaine.

Lire l’article sur RSF MondeGabon : la HAC suspend une chaîne ayant refusé de lui ouvrir ses portes

Chine: RSF demande à l’ONU de reconnaître la détention arbitraire d’un éditeur suédois

Chine: RSF demande à l’ONU de reconnaître la détention arbitraire d’un éditeur suédois

Actualités

Reporters sans frontières (RSF) a déposé hier une requête auprès du Groupe de travail des Nations Unies sur la détention arbitraire au sujet de l’éditeur suédois Gui Minhai, détenu depuis trois ans en Chine et atteint d’une grave maladie neurologique.

RSF a déposé hier une requête auprès du Groupe de travail de l’ONU sur la détention arbitraire (UNWGAD) au sujet de l’éd

Etats-Unis/Maison Blanche : “Interdire à une journaliste l’accès à une conférence de presse est une atteinte au droit d’informer”

Etats-Unis/Maison Blanche : “Interdire à une journaliste l’accès à une conférence de presse est une atteinte au droit d’informer”

Actualités

Reporters sans frontières (RSF) dénonce l’attitude de la Maison Blanche qui a interdit l’accès à une conférence de presse à une journaliste de CNN en représailles à des questions “inappropriées” posées par cette dernière à Donald Trump lors d’un précédent événement.

Lire l’article sur RSF MondeEtats-Unis/Maison Blanche : “Interdire à une journaliste l’accès à une conférence de presse est une atteinte au droit d’informer”

RDC : plusieurs journalistes arrêtés et du matériel saccagé dans une rédaction

RDC : plusieurs journalistes arrêtés et du matériel saccagé dans une rédaction

Actualités

Reporters sans frontières (RSF) se joint à Journaliste en danger (JED), organisation partenaire de RSF, pour dénoncer la méthode forte employée par la police congolaise qui a arrêté une dizaine de journalistes, saccagé et saisi du matériel à Kin Lartus, une société installée à Kinshasa qui produit un magazine d’information diffusé sur des chaînes de télévision en RDC.

Lire ci-dessous le communiqué de presse de Journaliste en danger

Lire l’article sur RSF MondeRDC : plusieurs journalistes arrêtés et du matériel saccagé dans une rédaction

RSF à PALEO

RSF à PALEO

L’édition 2018 du Paléo a, tout comme les années précédentes, été couronnée de succès !

La visibilité qui nous est offerte pendant ces quelques jours est primordiale afin de nous permettre de sensibiliser le public à la cause de la liberté de l’information. Nous présentions cette année un quizz sur les fake news, un grand nombre de festivaliers ont pu mesurer concrètement les conséquences de la désinformation. Plus de 500 festivaliers ont participé au quizz et nombreux ont été les commentaires positifs relatifs à ce jeu, à la fois ludique et informatif.

L’impact a tout de suite pu être mesuré avec des adhésions, des abonnements aux albums RSF ainsi que de nombreuses inscriptions à notre bulletin d’informations.

Nous remercions nos visiteurs et nous réjouissons d’ores et déjà de les retrouver l’année prochaine à Paléo!

RSF publie son rapport “Harcèlement en ligne des journalistes : quand les trolls lancent l’assaut”

RSF publie son rapport “Harcèlement en ligne des journalistes : quand les trolls lancent l’assaut”

Dans son nouveau rapport, Reporters sans frontières (RSF) révèle l’ampleur d’une nouvelle menace qui pèse sur les journalistes : le cyberharcèlement perpétré massivement par des armées de trolls, individus isolés ou mercenaires à la solde d’Etats autoritaires.

Lire le rapport RSF_Rapport Cyberharcèlement_FR

Reporters sans frontières publie, ce 26 juillet, son nouveau rapport intitulé “Harcèlement en ligne des journalistes : quand les trolls lancent l’assaut”, dans lequel l’organisation s’alarme de l’ampleur d’une nouvelle menace qui pèse sur la liberté de la presse : le harcèlement en ligne massif des journalistes.

Leurs auteurs ? De simples “haters”, individus ou communautés d’individus dissimulés derrière leur écran, ou des mercenaires de l’information en ligne, véritables “armées de trolls” mises en place par des régimes autoritaires.

Dans les deux cas, l’objectif est le même : faire taire ces journalistes dont les propos dérangent, quitte à user de méthodes d’une rare violence. Pendant des mois, RSF a documenté ces nouvelles attaques en ligne et analysé le mode opératoire de ces prédateurs de la liberté de la presse qui ont su utiliser les nouvelles technologies pour mieux étendre leur modèle répressif.

“Le harcèlement en ligne est un phénomène qui se propage à l’échelle mondiale et qui constitue aujourd’hui l’une des pires menaces contre la liberté de la presse, déclare Christophe Deloire, secrétaire général de Reporters sans frontières. On découvre que les guerres de l’information ne sont pas menées seulement entre pays sur le plan international mais que les prédateurs du journalisme mettent en place des armées de trolls pour traquer et affaiblir tous ceux qui recherchent honnêtement les faits. Ces despotes laissent leurs mercenaires cibler les journalistes et leur tirer à balles réelles sur le terrain virtuel comme d’autres le font sur les terrains de guerre.”

Ce que révèle le rapport de RSF :

● Difficile d’établir le lien direct entre les cabales en ligne à l’encontre des journalistes et les Etats. RSF a enquêté et documenté des cas de harcèlement en ligne de journalistes dans 32 pays, révélant ainsi des campagnes de haine orchestrées par des régimes autoritaires ou répressifs comme en Chine, en Russie, en Inde, en Turquie, au Vietnam, en Iran, en Algérie, etc.

● RSF analyse et met en lumière le mode opératoire des Etats prédateurs de la liberté de la presse qui orchestrent ces attaques en ligne contre les journalistes en trois étapes :
○ désinformation : le contenu journalistique est noyé sur les réseaux sociaux sous un flot de fausses nouvelles et de contenus en faveur du régime,
○ amplification : ces contenus sont valorisés artificiellement via des commentateurs payés par les Etats pour laisser des messages sur les réseaux sociaux, ou bien via des programmes informatiques qui rediffusent automatiquement le contenu, les bots,
○ intimidation : les journalistes sont pris pour cibles personnellement, insultés et menacés de mort, pour les discréditer et les faire taire.

● Les violentes campagnes de cyberharcèlement sont également lancées par des communautés d’individus ou des groupes politiques dans des pays dits démocratiques – au Mexique notamment, voire même dans des pays très bien notés au Classement mondial de la liberté de la presse, comme la Suède ou la Finlande.

● Les conséquences sont parfois dramatiques : la plupart des journalistes victimes de cyberharcèlement interrogés par RSF sont pour beaucoup contraints à l’auto-censure face à cette vague de violence dont ils n’avaient pas imaginé l’ampleur.

● Les femmes journalistes sont les plus touchées par le cyberharcèlement. Deux tiers des journalistes femmes ont été victimes de harcèlement. Pour 25% d’entre elles, cela se passe en ligne.https://www.iwmf.org/wp-content/uploads/2018/06/Violence-and-Harassment-against-Women-in-the-News-Media.pdf

● En Inde par exemple, Rana Ayyub est la cible des soutiens du régime, les Yoddhas de Narendra Modi, qui attaquent la journaliste pour ses enquêtes sur l’accession au pouvoir du Premier ministre indien : “On m’a traitée de prostituée. Mon visage a été apposé à la photo d’un corps nu et la photo de ma mère a été prise sur mon compte Instagram et ‘photoshoppée’ de toutes les manières possibles.”

● Les journalistes d’investigation sont également dans la ligne de mire des trolls ; à l’image d’Alberto Escorcia, menacé de mort à la suite de ces enquêtes portant sur la manière dont des comptes “dormants” sont utilisés pour influencer des campagnes électorales, comme lors de l’élection présidentielle récente au Mexique.

● Aux Philippines, la journaliste Maria Ressa est également attaquée par les trolls, alors que le média qu’elle dirige, Rappler, doit faire face à un acharnement judiciaire.Depuis l’élection de Rodrigo Duterte à la présidence en 2016, les journalistes philippins qui mènent, comme elle, des enquêtes indépendantes sur le pouvoir sont constamment pris pour cible.

● En France, deux individus ont été condamnés début juillet à six mois de prison avec sursis et 2000 euros d’amende pour avoir menacé en ligne la journaliste Nadia Daam. Un troisième, qui l’a menacée de mort à la suite du procès, a également été condamné à six mois de prison avec sursis.

● Les entreprises comme Devumi qui vendent de faux comptes ont une responsabilité sociale directe dans l’amplification de ces nouvelles menaces : harceler un journaliste de manière massive n’a jamais été aussi simple – et aussi peu coûteux.

● Face à constat, Reporters sans frontières formule 25 recommandations envers les Etats, la communauté internationale, les plateformes, les médias et les annonceurs pour une meilleure prise en compte de ces nouvelles menaces numériques. RSF propose également dans son rapport un tutoriel intitulé “Journalistes : comment faire face aux armées de trolls”, dans lequel l’organisation rappelle les bonnes pratiques en matière de sécurité numérique.

Chine: un caricaturiste condamné à 6 ans et demi en prison

Chine: un caricaturiste condamné à 6 ans et demi en prison

Actualités

Reporters sans frontières (RSF) appelle à la libération immédiate du caricaturiste chinois Jiang Yefei, condamné à six ans et demi de prison pour «subversion du pouvoir d’État».

Au terme d’un procès tenu secret jusqu’à hier, la Première cour populaire intermédiaire de Chongqing a condamné le 13 Juillet 2018 le 

Lire l’article sur RSF MondeChine: un caricaturiste condamné à 6 ans et demi en prison