RSF participe à Mix & Mash

RSF participe à Mix & Mash

RSF participe à Mix & Mash, un Afterwork organisé par les Nations unies sur la liberté de la presse et l’accès à l’information.

Visite du conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann en Chine : un journaliste voit sa demande de visa refusée

Visite du conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann en Chine : un journaliste voit sa demande de visa refusée

Reporters sans frontières (RSF) Suisse condamne fermement la discrimination dont est victime Frédéric Koller, journaliste au Temps, qui entrave gravement la liberté de la presse.

Du 5 au 9 septembre, le conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann effectue une visite en Chine accompagné d’une délégation de représentants des milieux économiques et scientifiques. Le journaliste du Temps, spécialiste de la Chine, n’a pu obtenir de visa pour couvrir le déplacement du conseiller fédéral. Et cela sans explication.

Ce procédé n’est pas nouveau. En février, RSF dénonçait déjà le harcèlement des correspondants étrangers. Dans un communiqué, l’organisation demandait aux autorités chinoises de cesser d’entraver le travail des journalistes étrangers. Dans son dernier rapport publié en février 2018, le Club des correspondants étrangers de Chine décrivait une très forte détérioration de la situation.

Le chantage au renouvellement du visa, levier de pression classique, est en forte hausse : 15% des répondants en font état, soit trois fois plus que l’année précédente. 6% des répondants sont même directement menacés d’expulsion, un chiffre qui a aussi triplé.

Les refus d’accréditation sont aussi en hausse. Le 25 octobre dernier, un groupe de médias internationaux de premier plan (BBC, The Economist, The Financial Times, The Guardian, the New York Times, Yomiuri Shimbun, Sankei Shimbun, Libération et Voice of America) se sont ainsi vus empêchés de couvrir le Comité permanent du Bureau politique, officiellement “faute de place”.

Les journalistes étrangers rencontrent désormais une pression bien plus insidieuse : les pressions faites sur leurs sources d’information et leurs appuis logistiques. Un quart des répondants déclarent que certains de leurs contacts ont été harcelés, détenus ou convoqués pour être interrogés. Même lorsque les autorités regardent ailleurs, de moins en moins de Chinois acceptent le contact avec la presse étrangère, par peur de sanctions.

RSF à PALEO

RSF à PALEO

L’édition 2018 du Paléo a, tout comme les années précédentes, été couronnée de succès !

La visibilité qui nous est offerte pendant ces quelques jours est primordiale afin de nous permettre de sensibiliser le public à la cause de la liberté de l’information. Nous présentions cette année un quizz sur les fake news, un grand nombre de festivaliers ont pu mesurer concrètement les conséquences de la désinformation. Plus de 500 festivaliers ont participé au quizz et nombreux ont été les commentaires positifs relatifs à ce jeu, à la fois ludique et informatif.

L’impact a tout de suite pu être mesuré avec des adhésions, des abonnements aux albums RSF ainsi que de nombreuses inscriptions à notre bulletin d’informations.

Nous remercions nos visiteurs et nous réjouissons d’ores et déjà de les retrouver l’année prochaine à Paléo!

Side event : “La liberté d’information en Afrique”

Side event : “La liberté d’information en Afrique”

Reporters sans frontières Suisse & Africa21 proposent une conférence sur :

 

La liberté d’information en Afrique

 

Vendredi 22 juin 2018, 16h-17h

Salle XXI, Palais des Nations, Genève

Mots d’introduction :

– Emmanuel Vianès, Africa 21

– Hélène Sackstein, Reporters sans frontières

 

Modération :

– Marc Allgöwer, journaliste

 

Panélistes :

– David Kaye, Rapporteur spécial des Nations unies sur la promotion et la protection du droit à la liberté d’opinion et d’expression

– Jean-Luc Mootoosamy, journaliste et Directeur de Media Expertise

– Thomas Vennen, Vice-président d’Africa 21 et spécialiste en bonne gouvernance

 

Modalités de déroulement : les interventions des experts se feront en français et en anglais.

Inscription : Pour les personnes sans badge d’accès au Palais des Nations merci de bien vouloir vous inscrire à info@africa21.org avant le 17 juin 2018.

 

Flyer Side Event Liberté d’information en Afrique

28 mai : Assemblée générale RSF Suisse

28 mai : Assemblée générale RSF Suisse

CONVOCATION A L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ORDINAIRE

28 mai 2018 à 18h30

Fonction Cinéma
Maison des Arts du Grütli
Rue du Général Dufour 16- 1204 Genève

ORDRE DU JOUR

1. Procès-verbal de l‘assemblée générale du 31 mai 2017 (*)
2. Rapport d’activités 2017
3. Comptes 2017, rapport du trésorier
4. Approbation des rapports et comptes 2017
5. Décharge au comité pour sa gestion de l’exercice 2017
6. Renouvellement du comité
7. Organisation de la direction à Genève
8. Activités futures
9. Divers

La partie administrative de l’AG sera précédée de la projection du film The Cleaners, de Moritz Riesewieck et Hans Block.

Une verrée suivra l’AG.

La Suisse au 5e rang du Classement mondial de la liberté de la presse 2018

La Suisse au 5e rang du Classement mondial de la liberté de la presse 2018

Le score de la Suisse progresse légèrement en 2018 (8,15 contre 8,64 en 2017). La Suisse gagne ainsi deux rangs dans le classement 2018 de RSF et figure désormais à la 5ème place. C’est le meilleur résultat depuis la création du classement mondial de la liberté de la presse par RSF en 2002.
Cette quasi-stabilité doit être saluée, alors que la situation de la presse se dégrade dans de nombreux pays européens. Le recul de 5 places du Danemark, où la journaliste suédoise Kim Wall a été assassinée l’an dernier, explique aussi la progression de la Suisse. Les experts suisses, qui ont rempli le questionnaire de RSF, mettent en évidence les éléments suivants, survenus ou initialisés en 2017 :

 La pression économique sur les médias privés, en particulier la presse écrite, s’est encore aggravée en 2017. La diminution des recettes publicitaires, au profit surtout des grands réseaux dits sociaux, se traduit par une réduction continue des effectifs journalistiques et un stress accru pour ceux qui restent.

 Cette situation économique difficile amène aussi plusieurs grands éditeurs à regrouper géographiquement leurs rédactions – hormis les rubriques régionales – et à créer des journaux manteaux. Les projets de Tamedia en Suisse alémanique (Tages Anzeiger, Bund, Berner Zeitung et sans doute bientôt Basler Zeitung) et en Suisse romande (24 Heures, Tribune de Genève et Matin Dimanche, ainsi que Matin et 20 Minutes) et l’étude lancée par la Neue Zürcher Zeitung et AZ Medien vont déboucher sur une concentration accrue, la disparition de nombreux postes de journalistes et une perte de diversité.

 2017 aura aussi été marqué par la disparition de l’Hebdo après plus de 35 ans d’existence et, dans la foulée, la restructuration du Temps.

 Le projet de fusion entre l’Agence télégraphique suisse (ats) et Keystone, lancé en 2017, risque de se traduire par la perte de plusieurs dizaines d’emplois de journalistes et un affaiblissement de la qualité des productions, en particulier pour les rédactions francophone et italophone. Il n’est pas certain à ce jour qu’une forme de soutien public puisse atténuer les conséquences de cette profonde restructuration qui a provoqué un mouvement de grève des journalistes de l’ats.

 La vivacité du débat public provoquée par l’initiative populaire No Billag a mis en évidence une contestation inédite de la SSR, de son financement et du périmètre de ses activités. Malgré un rejet massif de l’initiative le 4 mars dernier, ce débat a déjà débouché sur un plafonnement de la redevance en faveur de la SSR, qui va la forcer à économiser quelque 100 millions de francs, et va se poursuivre lors de l’examen de la nouvelle loi fédérale sur les médias électroniques.

RSF Suisse s’oppose avec vigueur à No Billag

RSF Suisse s’oppose avec vigueur à No Billag

Reporters sans frontières (RSF) Suisse prend fermement position contre l’initiative populaire No Billag qui sera soumise au peuple et aux cantons le 4 mars prochain. Pour RSF, ce projet fait peser une menace sans précédent contre la diversité et l’indépendance des médias ainsi que le fonctionnement de la démocratie suisse. (suite…)