Les prédateurs de la liberté de la presse ont su adapter leur modèle autoritaire traditionnel aux nouvelles technologies. Reporters sans frontières (RSF) a documenté et analysé ces nouvelles attaques en ligne. Robotisation, faux comptes, email bombing… A quoi ressemble le mode opératoire de ces prédateurs désormais connectés ?

Narendra Modi, Vladimir Poutine, Abdel Fattah el-Sissi ou bien encore Xi Jinping… Tous ces prédateurs de la liberté de la presse ont compris l’intérêt d’amplifier leur propagande et de décrédibiliser l’activité journalistique sur les réseaux sociaux, aboutissant à de nouvelles formes de censure.

 

A travers une infographie, RSF analyse étape par étape la stratégie et les moyens humains et techniques mis en oeuvre par ces prédateurs.

 

Les campagnes de désinformation sont ainsi amplifiées grâce à des armées de trolls mises en place par ces régimes autoritaires. Parfois, ils sont aidés par des entreprises peu scrupuleuses qui leur vendent des faux comptes ou des bots – des programmes informatiques qui permettent de diffuser automatiquement un contenu sur les réseaux sociaux.

 

Une fois les messages de propagande diffusés massivement – ce qui a pour conséquence de noyer le contenu journalistique fiable – les armées de trolls lancent des cyberattaques contre les sites des médias libres et les comptes personnels des journalistes indépendants pour les décrédibiliser et les faire taire.

Infographie