Actualités

Le journaliste est accusé de terrorisme pour avoir publié une interview du porte-parole d’un groupe rebelle. Reporters sans frontières (RSF) exige l’abandon immédiat de ces charges totalement disproportionnées.

“C’est inquiétant pour la liberté de la presse”, a résumé ce matin Nay Myo Lin, le rédacteur en chef du site Voice of Myanmar, à sa sortie du tribunal de Mandalay

Lire l’article sur RSF MondeLe reporter birman Nay Myo Lin risque la prison à vie pour une interview

Partagez cet article !