Actualités

Depuis le 30 mars 2016 et l’arrivée au pouvoir du Premier ministre Fayez al-Sarraj, la presse étrangère subit une très forte dégradation de ses conditions de travail en Libye. La diffusion du reportage de la CNN sur l’esclavage des migrants dans le pays en novembre 2017 a provoqué une réaction démesurée des autorités et aggravé encore davantage les atteintes à la liberté d’information. Reporters sans frontières (RSF) demande au gouvernement d’entente nationale de cesser d’entraver le travail des journalistes internationaux et libyens, correspondants de médias étrangers.

L’administration Sarraj, au pouvoir en Libye depuis le 30 mars 2016, se montrait déjà hostile à l’égard des journalistes travaillant pour la presse internationale.

Lire l’article sur RSF MondeLibye – «Les nouvelles règles imposées par Tripoli mettent la vie des journalistes en danger »