Actualités

Au Kenya, la diffusion de fausses nouvelles et la diffamation sur le net sont désormais passibles de lourdes de peines de prison après la promulgation d’une nouvelle loi par le président. Reporters sans frontières (RSF) dénonce des peines disproportionnées qui menacent la liberté de la presse.

42 000€ d’amende et dix ans de prison, c’est la peine maximum à laquelle seront désormais exposés les journalistes en cas de diffamation en ligne.

Lire l’article sur RSF MondeNouvelle loi sur la diffamation au Kenya : les journalistes encourent désormais dix ans de prison