L’organisation non-gouvernementale Reporters sans frontières (RSF) annonce la
création de la “Commission sur l’information et la démocratie” qui aura pour objectif de rédiger
une Déclaration internationale sur l’information et la démocratie. L’association internationale
lance cette initiative 70 ans après que l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté à
Paris la Déclaration universelle des droits de l’Homme. Cette commission, présidée par Shirin
Ebadi, Prix Nobel de la Paix, et Christophe Deloire, secrétaire général de RSF, comprendra
25 personnalités, dont les lauréats du Prix Nobel d’économie Joseph Stiglitz et Amartya Sen,
l’écrivain et homme politique péruvien Mario Vargas Llosa (Prix Nobel de littérature), l’avocate
nigériane Hauwa Ibrahim (Prix Sakharov).

L’action de la commission s’inscrit dans un contexte où “la crise de confiance dans les
démocraties et la montée en puissance de régimes despotiques représentent un risque pour
les libertés, la concorde civile et la paix.” Le contrôle politique de l’information dans un espace
mondialisé, l’influence des intérêts particuliers, la montée en puissance d’acteurs privés
échappant au contrôle démocratique et la fragilisation du journalisme de qualité en sont les
principaux facteurs. Selon la lettre de mission rédigée par les coprésidents, “la Déclaration
aura pour objet d’énoncer des principes, de définir des objectifs et de proposer des modalités
de gouvernance”. Elle “devra constituer une référence qui permette de mobiliser tous ceux qui
sont attachés à préserver un espace public libre et pluraliste, condition de la démocratie”.

Une commission indépendante de 25 membres de 18 nationalités

Outre les deux co-présidents et les membres déjà cités, la commission comprend
Abdou Diouf, ancien président du Sénégal et secrétaire général de l’Organisation
internationale de la Francophonie, Navi Pillay, ex-Haut commissaire sud-africaine aux droits
de l’Homme de l’ONU, le chercheur et essayiste Francis Fukuyama, professeur à Stanford, la
juriste Mireille Delmas Marty, professeur honoraire du Collège de France, et l’avocat chinois
Teng Biao. Des journalistes éminents sont membres, tels Can Dündar (Turquie), Maria Ressa
(Philippines), Ulrik Haagerup (Danemark), Ann-Marie Lipinski et Marina Walker (Etats-Unis),
Aidan White (Royaume-Uni), Mikhail Zygar (Russie) et Adam Michnik (Pologne); des
spécialistes des technologies tels Yochaï Benkler, professeur à Harvard, Emily Bell, directrice
du Tow Center à l’université de Columbia, Antoine Petit, président du Conseil national de la
recherche scientifique (CNRS), Eli Pariser, fondateur de Upworthy et co-fondateur de Avaaz,
la chercheuse italienne Primavera de Filippi, et Nighat Dad, fondatrice de la Digital Rights
Foundation au Pakistan.

Pour un Pacte international sur l’information et la démocratie

L’objectif ultime de l’initiative est d’obtenir un engagement international d’Etats,
d’entreprises privées et de représentants de la société civile. RSF entend qu’un processus
politique soit lancé à l’initiative de plusieurs dirigeants de pays démocratiques, sur la base de
la déclaration qui sera rédigée, pour aboutir à un “Pacte international pour l’information et la
démocratie”. Des courriers ont d’ores et déjà été envoyés à des dirigeants sur tous les
continents. RSF souhaite qu’ils s’engagent dès la mi-novembre, alors que des dizaines de
chefs d’Etat et de gouvernement seront réunis à Paris pour la commémoration du 100ème
anniversaire de la fin de la Première guerre mondiale (11 novembre), le Forum de Paris sur la
paix (11 au 13 novembre), et l’Internet governance forum (12 au 14 novembre).

La Commission, qui tient sa première réunion à Paris les 11 et 12 septembre, s’est fixé
pour mission de remettre ses travaux dans un délai de deux mois. Le secrétariat général de
la commission, assuré par RSF, a initié il y a plusieurs mois une réflexion qui permettra de
nourrir celle de la commission. Une large consultation internationale, de parties prenantes très
diverses, a été lancée. Les personnes physiques ou morales qui souhaitent y participer
peuvent envoyer leurs contributions en français ou en anglais à l’adresse
informationdemocracy@rsf.org. La fonction de rapporteur est assurée par Antoine Garapon,
directeur de la rédaction de la revue Esprit et secrétaire général de l’Institut des Hautes Études
sur la Justice (IHEJ).

Les initiatives de Reporters sans frontières (RSF)

Reporters sans frontières (RSF) est une organisation non-gouvernementale à but non
lucratif, reconnue d’intérêt public, indépendante, avec un statut consultatif à l’ONU, à l’Unesco,
au Conseil de l’Europe, à l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) et à la
Commission africaine des droits de l’Homme et des peuples. Avec un siège à Paris, elle
dispose de bureaux, de sections ou de représentants dans 17 villes (Berlin, Bruxelles, Genève,
Helsinki, Istanbul, Karachi, Kiev, Londres, Madrid, Mexico, Rio de Janeiro, San Francisco,
Stockholm, Taipei, Tunis, Vienne, Washington), de correspondants dans 130 pays et d’une
quinzaine d’organisations partenaires locales.

Conformément à sa vision, l’organisation “aspire à ce que tous les êtres humains
bénéficient d’informations leur permettant de connaître et comprendre les enjeux du monde et
de leur environnement.” L’association a pour mandat de “défendre et promouvoir la liberté,
l’indépendance et le pluralisme du journalisme, notamment par la défense de ceux qui
incarnent ces idéaux”, elle inscrit son action “dans l’esprit de l’article 19 de la Déclaration
universelle des droits de l’Homme, du pacte international relatif aux droits civils et politiques,
et des grandes déclarations et chartes relatives à l’éthique journalistique”, mais la Commission
sur l’information et la démocratie, soutenue par RSF et créée à son initiative, est indépendante
de RSF et n’est pas tenue par son mandat.

En avril 2018, RSF a lancé la Journalism Trust Initiative, consistant à renforcer la mise
en oeuvre des méthodes journalistiques, l’indépendance éditoriale, la transparence des
médias et le respect des règles déontologiques. Le dispositif prévoit la mise en place
d’avantages concrets (notamment technologiques et économiques) pour les médias
d’information qui présentent des garanties en la matière, selon des critères définis de manière
collaborative en vertu de processus d’autorégulation. Près d’une centaine de médias,
représentants d’éditeurs, syndicats, associations de défense de la liberté de la presse,
organisations internationales, sont associés à cette initiative, dont sont partenaires l’Agence
France Presse, le Global Editors Network et l’Union européenne de radio-télévision.

La Journalism Trust Initiative, centrée sur les médias d’information, quelle que soit leur
statut ou leur taille, a pour ambition d’articuler les idéaux journalistiques et les réalités
économiques. La Commission sur l’information et la démocratie, relève d’une logique
complémentaire, consistant notamment à poser des fondements intellectuels et juridiques
pour l’espace public à l’ère numérique et de la mondialisation de l’information.

Contacts presse :

Emilie Poirrier : epoirrier@rsf.org / +33 (0)6 77 92 16 77
Julie Bance : jbance@rsf.org / +33 (0)7 81 76 02 25